Quelques éléments à prendre en compte pour l’évaluation globale du projet en baccalauréat technologique STMG & STHR

Ce travail prend appui sur une note de l’IGESR, et tient également compte du contexte spécifique de cette session.

 

Nous portons à votre connaissance quelques points d’ancrage concernant l’évaluation du projet des élèves de STMG et de STHR. En effet, pour cette session de juin où l’ensemble des épreuves du baccalauréat relèvent du contrôle continu intégral, nous souhaitons vous apporter quelques éléments vous permettant d’évaluer de manière globale le projet de vos élèves. Les deux évaluations (conduite du projet et soutenance) que nous connaissions jusqu’à présent, avec leur grille, ne sont plus d’actualité, et il convient d’évaluer le travail des élèves tout au long de l’année au regard de critères le plus objectifs possibles.

La réalisation d’un projet par les élèves de bac technologique STMG & STHR concoure à plusieurs objectifs :

 

> Objectifs didactiques

Le projet permet à l’élève d’apprendre, de comprendre et d’agir en étant immergé dans la réalité complexe d’une organisation. De ce fait, l’élève doit être en mesure de l’appréhender et de la comprendre dans sa globalité (environnement, culture et valeurs, finalités, stratégie, fonctionnement, pratiques managériales, acteurs, etc.) mais aussi d’agir en étant exposé directement et concrètement au traitement d’un problème qui se pose au sein de l’organisation.

Comprendre l’organisation suppose que l’élève soit capable de mobiliser dans son projet des connaissances, des grilles de questionnement et plus généralement bénéficie de l’étayage apporté par l’ensemble des enseignements spécifiques propres à nos filières (droit‐économie, management, sciences de gestion, et bien entendu enseignement de spécialité / STHR = enseignement scientifique alimentation – environnement, Sciences et technologies des services OU Sciences et technologies culinaires suivant le projet choisi, Économie et gestion hôtelière).

 

> Objectifs pédagogiques

Dans le cadre des heures de cours dédiées au projet, la démarche pédagogique des enseignants privilégie la recherche de l’autonomie, la prise d’initiative, le travail collaboratif (attendue par les entreprises), la prise de responsabilité. De fait, les projets nécessitent la mise en place d’une pédagogie de projet sensibilisant les élèves à la définition d’objectifs hiérarchisés, de ressources inventoriées, de démarches à planifier, de bilans à produire ou encore de modalités de coordination à installer. Le projet suscite des actions concrètes qui peuvent porter sur les investigations à mener, les observations du réel à formaliser, la documentation à rassembler, les données à consolider, les simulations à mener et toutes celles qui contribuent à la résolution du problème de gestion.

 

> Objectifs éducatifs

Les projets permettent aux élèves d’apprendre par l’action et la confrontation au réel. Par leur caractère collectif, ils sont également source de socialisation quand notamment le travail collaboratif devient travail coopératif et autonome. Spécifiquement, les projets contribuent à faire des élèves des citoyens éclairés sur le fonctionnement des organisations dès lors qu’ils ont pu en approcher la complexité et se construire une représentation de leur réalité. Le projet a également la vertu d’éprouver et de conforter chez l’élève son choix d’orientation vers la poursuite d’études.

 

> Objectifs certificatifs

Le projet constitue un lien essentiel entre les différents enseignements, notamment ceux suivis pendant toute l’année de terminale.

Aussi, concernant l’évaluation du projet, l’équipe pédagogique se doit d’être attentive aux différents objectifs ci-dessous, et de se questionner quant à l’atteinte ou non de ces derniers, et à évaluer la performance de leurs élèves.

Dans le contexte spécifique que nous vivons, afin d’avoir des compléments d’information, voire d’éclaircir certains points spécifiques ou compétences mobilisées (ou non) par les élèves, il peut être envisagé, si cela est nécessaire, de procéder à un échange (téléphonique, en visio, en direct si cela est possible – en fonction de la date de retour en classe). Cette éventualité doit être le plus souple possible ; il s’agit d’un temps d’entretien, qui permettra d’affiner l’évaluation globale du projet dans l’intérêt de l’élève.

La traduction concrète de cette évaluation du projet en termes de prise en compte dans la note de contrôle continu vous sera précisée début mai.

 

Merci pour votre implication, votre application et votre dévouement

 

 

Véronique Monmaron  – Jean-Charles Diry – Vincent Camet
IA-IPR Économie et Gestion
Académie de Lyon